La Dernière Bande

par le Théâtre de l’Echange (Région Bretagne)
Vendredi 11 mai – 20h30
Théâtre le Puits Manu de Beaugency
Tarifs : de 6 € à 10 €
Réservations : 02 38 44 95 95
texte : Samuel Beckett
interprétation et mise en scène : Jean Le Scouarnec
regard complice : Erika Vandelet
création lumière : Jean-Michel Bourn

Chaque année, Krapp a enregistré sur bandes magnétiques une chronique de ses impressions de l’année écoulée. Les écoutant trente ans plus tard, sa voix est devenue pour lui celle d’un étranger.
Après En attendant Godot et Fin de partie, La Dernière Bande est la troisième pièce de Samuel Beckett, l’un des ouvrages les plus autobiographiques de l’auteur.
Et cette histoire est un travail sur le Temps, le temps perdu, dont la recherche est éternellement vaine. Jean Le Scouarnec s’attache à conjuguer le tragique et le comique dans cette pièce devenue un « classique » du XXe.


MENUS

L’AMANT(E)

D’après l’œuvre de Marguerite Duras.
Mise en scène et adaptation Coraline Cauchi.
Avec Clémence Prévault et Laurélie Riffault.
Création musique David Georgelin.
Création lumière / Régie Générale Jérôme Perez.
Collaboration artistique Antoine Cegarra.

L’Amant. L’Amant(e).

Dans son roman, Marguerite Duras alterne sans cesse entre la première et la troisième personne du singulier, et du « je » au « elle » se trace alors la possibilité d’un dialogue ou d’un conflit, la tension d’un duo.
Dans cette adaptation pour la scène, deux comédiennes dialoguent pour dessiner le portrait de la jeune fille du roman, pour qu’apparaissent deux figures possibles de cette jeune femme, et que soit mise au jour sa violente altérité.
Au fond de ce corps d’adolescente, couve la fureur du désir, source d’une écriture vitale et insolente : « La mère parle, parle. Elle parle de la prostitution éclatante et elle rit, du scandale, de cette pitrerie, de ce chapeau déplacé, de cette élégance sublime de l’enfant de la traversée du fleuve. »
Le corps hurle… de colère... de désir... de joie.
Des nerfs et de la chair partout. Tout est grave et rien n’a d’importance.
C’est intime et impudique, parsemé de secrets.

PRODUCTION SERRES CHAUDES

Avec le soutien des villes d’Amboise (Théâtre Beaumarchais) ;
de Beaugency (Cie les Fous de bassan/Théâtre du Puits Manu) ;
d’Ingré (Cie L’eau qui dort/Espace Lionel Boutrouche) ;
et de la ville de Billom.
Avec le soutien du Ministère de la Culture - DRAC Centre, et du Conseil Régional du Centre


MENUS

Des rails…

Théâtre de l’Imprévu (Région Centre)
vendredi 10 février – 20h30
Théâtre le Puits Manu de Beaugency
Tarifs : de 6 € à 10 €
Réservations : 02 38 44 95 95
Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars & l’Aérotrain, rêve en cendres de Patrice Delbourg
mise en scène : Eric Cénat
collaboration artistique : Claire Vidoni
jeu : Jacques Bondoux, Nicolas Senty et Laura Segré
scénographie et costumes : Charlotte Villermet
création lumière : Marie-Hélène Pinon
création son : Christophe Séchet
régie lumière : Jean Pierre Legrand
construction maquette aérotrain : Freddy Goussu
construction décor : Jean Paul De Winter

Embarquement immédiat dans le premier avec Blaise Cendrars ! Refaisons avec lui, en cet hiver 1905, ce voyage initiatique de Moscou à Kharbine via les plaines sibériennes, le lac Baïkal, la Mandchourie, le désert de Gobi : 10000 km de voies parcourues au rythme lancinant des boggies, où le poète emporte le passager dans son univers onirique et empli de réel, puissant et sensible, clair et obscur, limpide et mystérieux…
Et la traversée du miroir se fait… Le temps s’accélère, la distance s’abolit. Nous sommes aujourd’hui et c’est Olivier Charron (personnage fictif né de l’imaginaire de Patrice Delbourg) qui prend le relais. Les souvenirs affluent de sa mémoire, lui qui, aux commandes de l’Aérotrain, sur coussin d’air, allait vite, si vite…
Pensez donc ! Plus de 400 km/h sur quelques kilomètres de voies bétonnées du côté de Gometz-la-Ville, Saran ou Artenay. Plongée poétique dans ces « Trente Glorieuses » où l’An 2000 suscitait tous les fantasmes technologiques, symbolisait tous les possibles…
Mais dans la musique de ces deux trains tinte un déraillement : déraillement de l’humain, de l’Histoire et d’une certaine idée du progrès.


MENUS

Traversées / Fragments

Théâtre de l’Entrouvert (Région Provence – Alpes- Côte d’Azur)
vendredi 11 novembre – 16h et 20h30
Théâtre le Puits Manu de Beaugency
samedi 12 novembre – 16h et 20h30
La Fabrique de Meung sur Loire
Réservations : 02 38 44 44 95
conception, mise en scène, scénographie : Elise Vigneron
avec Elise Vigneron (comédienne marionnettiste) et Emilie Lesbros (chanteuse, compositeur)

“Traversées/Fragments” est un spectacle sans parole au croisement de la musique, du mouvement et des arts plastiques…
Il est né de la rencontre entre deux artistes, Elise vigneron marionnettiste et Emilie Lesbros, chanteuse de musique improvisée.
“Traversées/Fragments” traite de la question de l’identité à travers les âges. Un personnage féminin à la recherche de son image est confronté à des apparitions, elle se retrouve tour à tour, jeune et vieille, à la frontière entre deux mondes, celui du rêve et de la réalité, de la vie et de la mort…
Dans un univers intimiste et étrange, le son et l’image se rencontrent pour inviter le spectateur à vivre une expérience sensible et globale.
Représentation en partenariat et avec échange avec la Compagnie du Faux Col – La Fabrique de Meung-sur-Loire.

Dans le cadre du festival Petites Formes Mouvantes et Emouvantes.


MENUS

Chroniques rurales de notre temps

Sub’théâtre (région Centre)
Samedi 8 octobre – 20h30 (années quarante)
Dimanche 9 octobre – 16h30 (années cinquante)
Théâtre le Puits Manu de Beaugency
Tarifs : de 6 € à 10 € (une séance) ; de 12 € à 16 € (deux séances)
Réservations : 02 38 44 95 95

texte : Philippe Lipchitz
mise en scène : Philippe Lipchitz
jeu : Dominique Chanfrau et Philippe Lipchitz
musique, son : Frédéric Mercier
décor, costumes, accessoires : Claire Garros
photos : Jean-Christophe Pratt
voix : les habitants des villages de théâtre en campagne

Ces chroniques rurales nous conduisent en Beauce, pour un voyage à travers la petite et la « Grande » histoire de 1914 à 1969.
Ce parcours permet de rencontrer trois familles, des « gens de la terre » sur trois générations.
La première vit partout où pousse le blé : les Sevestre. La deuxième vit partout où il reste de grands domaines venus des temps anciens quand il y avait encore des rois : les d’Harmereau. La troisième vit partout où il y a des bêtes : les Barentin.
Ces trois lignées deviennent des guides dans cette épopée d’une agriculture en (r)évolution, chahutée par la violence des hommes, leurs espoirs et leurs divergences.
De cette saga rurale, le Sub’théâtre présente à Beaugency la deuxième époque (années quarante) le samedi 8 octobre et la troisième (années cinquante) le dimanche 9 octobre.


MENUS
RENSEIGNEMENTS
ET RÉSERVATIONS :

les fous de bassan !
18 rue Julie Lour - BP 113
45190 BEAUGENCY
Tel : 02 38 44 95 95 / Fax : 02 22 44 11 95



PARTAGER SUR LE NET:

ARCHIVES LA PROGRAMMATION